Magnus LINDBERG

Magnus Lindberg est né à Helsinki en 1958. Après des études de piano, il entre à l’Académie Sibelius, où ses professeurs de composition sont Einojuhani Rautavaara et Paavo Heininen.

Il fonde, en 1980, le groupe informel Ears Open Society, aux côtés de Hämeeniemi, Kaipainen, Saariaho et Salonen, et dont le but était d’encourager une plus grande prise de conscience du modernisme dominant. Il gagne Paris en 1981, où il étudie avec Globokar et Grisey. Durant cette période, il assiste également aux cours de Donatoni à Sienne et prend contact avec Ferneyhough, Lachenmann et Holliger. Sa percée dans le monde de la composition est due à deux œuvres de grande ampleur, Action-Situation-Signification (1982) et Kraft (1983-1985), lesquelles sont étroitement liées à la fondation de l’ensemble expérimental Toimii. Cet ensemble, qu’il a créé avec Salonen, et au sein duquel il œuvre en tant que pianiste et percussionniste, a fourni au compositeur un laboratoire pour son propre développement sonore.

À la fin des années 1980, sa musique se transforme en un nouveau classicisme moderniste, intégrant des ingrédients de diverses provenances dans un langage musical personnel et dynamique. Cette évolution stylistique a donné les œuvres-clés du triptyque Kinetics, Marea et Joy (1988-1990), culminant avec Aura et Arena (1993-1995). Les œuvres telles que Feria (1997), Sculpture (2005), les concertos pour violoncelle (1999), clarinette (2002) et violon (2006) l’ont placé à la pointe de la production musicale pour orchestre. Parmi ses œuvres les plus récentes, on retient Seht die Sonne (2007), commande de la Philharmonie de Berlin et de l’Orchestre de San Francisco, et sa première œuvre pour chœur et orchestre, GRAFFITI, créée à Helsinki en 2009. De 2009 à 2012, Lindberg est compositeur en résidence à l’Orchestre philharmonique de New York, pour lequel il compose de nouvelles œuvres : EXPO (2009), Al Largo et Souvenir (2010), et le Deuxième Concerto pour piano (2012).